« Le mystère de Grimouville » : petit webdoc, joli succès…

Posted on 23 mai 2014 par

4


C’est un projet qui avait réussi à créer un beau ramdam, y compris sur Le Blog documentaire (voir ici)… « Le mystère de Grimouville », porté depuis les bancs du CFJ par Charles-Henry Groult et Romain Jeanticou, a été publié le 4 avril dernier sur le site de France Bleu (une projection, partielle et gratuite, aura d’ailleurs lieu ce vendredi 23 mai à Paris). Produit par Lumento, le programme a remarquablement entamé sa carrière sur le web, avec des niveaux de consultation peu communs depuis sa mise en ligne. Analyse d’un succès d’estime, par Nicolas Bole.

GrimouvilleD’accord, on ne va pas faire de Grimouville un exemple, ni un « phénomène ». Déjà parce que l’on est encore loin, si l’on veut comparer ce qui n’est pas comparable, du succès d’audience d’un Norman ou d’un Gangnam Style. Ensuite parce que s’arrêter à la mesure d’audience serait ne regarder que par le petit bout de la lorgnette, à la façon télévisuelle d’avoir les yeux rivés sur l’Audimat. Et puis parce que le webdoc, né de deux jeunes journalistes, dont la grand-mère de l’un est originaire du petit village qui donne son nom au projet, ne révolutionne ni les codes de l’interview, ni ceux de l’enquête. Alors pourquoi cette tribune, direz-vous justement ? Parce que Le mystère de Grimouville est malgré toutes ses réserves un sacré réservoir de bonnes pratiques web qu’il n’est pas inutile d’identifier.

1 – La modestie du projet

On ne vous fait pas le coup du « small is beautiful », on vous jure. Il faut des Alma, des 1914, dernières nouvelles et des Le Grand Incendie. De l’ambition, du travail de fond et de forme, du questionnement documentaire avec les outils du web. Oui, trois fois oui.

Mais il faut aussi des projets qui ne nécessitent pas des montants exorbitants, même s’ils ne sortent pas aussi vite qu’on pourrait l’imaginer (il y a toujours un tas de petites choses techniques à valider et à tester pour que l’interface soit fluide). Car les grosses sommes entraînent les délais, les commissions, les partenaires, etc. Usent parfois les auteurs. Rincent les producteurs. D’ici à ce que le projet, finalement, ne rencontre que peu son public, et c’est une sensation lancinante d’avoir œuvré pour une petite minorité qui risque de s’imposer.

Alors, quand un mystère de Grimouville, financé avec 3.500 euros de crowdfunding et 6.000 euros du diffuseur, France Bleu, parvient à des scores de visites remarquables (60.000 visiteurs uniques en 3 semaines ; précisément 64.985 à ce jour), on a beau ne pas faire le très mercantile rapport nombre de visionnages / euros dépensés, on se dit tout de même que l’écosystème webdocumentaire gagnerait à se nourrir de projets similaires, capables, sur un sujet d’ambition limitée, de baliser un récit de manière efficace. L’ensemble de la création web, qui soulève parfois légitimement les questions de son audience, trouverait en ces projets un moyen de répondre aux critiques souvent lapidaires.

FWA_Grimouville2 – Des « webdocs du milieu », oui, mais aussi des « webdocs du bas » de qualité

Dans le cinéma, Pascale Ferran avait lancé en 2007 la discussion autour de ces films du milieu ; des productions de réalisateurs plus vraiment débutants mais pas encore assez confirmés pour être totalement bankables, ou trop en marge pour intéresser diffuseurs et (gros) financeurs. C’est tout naturellement que la question des webdocs du milieu se pose, par analogie. Car entre les projets à 10.000 euros et ceux à 200.000 euros, la marche est parfois trop haute à franchir ; et des idées nécessitant des moyens restent alors au milieu du gué…

Cette observation est juste, mais il ne faudrait pas dans le même temps sacrifier à la qualité des projets « du bas » (si ceux du milieu se situent à 60 ou 70.000 euros de budget). Ce que montre Le mystère de Grimouville, c’est qu’en délimitant clairement un mode de récit, en singularisant la mise en espace web (pas d’outils type Klynt ou Racontr ici), on peut parvenir à une identité forte du programme. Certes, cela ne résout en rien les questions de financement : à 10.000 euros de budget, personne ne se paie correctement. Cela dit, ces webdocs « du bas » pourraient avoir pour fonction de mettre le pied à l’étrier des jeunes créateurs, de quelque origine qu’ils soient : journalistes, documentaristes, techniciens, graphistes… du moment que la forme et le sujet choisis procurent la fluidité d’expérience, même minime, de Grimouville.

3 – Un temps de consultation maîtrisé

Lorsque l’on rentre sur un webdoc foisonnant, le risque est immédiat : le fameux « tsunami d’informations » de Florent Maurin guette. Regarder le menu, le sous-menu, les narrations parallèles… Autant d’incitations qui incitent… à mettre l’onglet de la page de côté pour y revenir plus tard, c’est-à-dire bien souvent jamais.

Dans Le mystère de Grimouville, deux éléments nous renseignent sur la durée de l’expérience, sans avoir besoin de l’annoncer clairement. La longueur toute relative de la route en bas de l’écran et le mode de récit, que l’on saisit dès le premier mouvement. Grimouville est un village et nous avons instantanément la certitude que le plan séquence filmé depuis une voiture ne nous emmènera pas jusqu’à Rouen. Et lorsque cette voiture s’arrête pour nous proposer des interviews, nous comprenons tout aussi vite que, ces petites capsules ne durant chacune qu’une à deux minutes, la route ne sera ni longue, ni fortement pentue…

Le résultat cognitif est limpide : les deux informations concordent pour signaler la possibilité d’une expérience complète qui tiendrait dans un petit quart d’heure. Excellent argument pour les internautes trop pressés ! Et comme par enchantement, ainsi que l’annonçait Christilla Huillard-Kann, directrice éditoriale des Nouveaux Médias à Radio France : « La majorité des internautes qui se sont connectés au site sont allés jusqu’au bout de l’expérience » [1] 24 – Un plan média bien pensé

Ici, c’est presque la chance du débutant qui, au départ, a servi Charles-Henry Groult et Romain Jeanticou. Comme le notait ici il y a quelques mois Sibel Ceylan : ils ne savaient pas qui était Alexandre Brachet lorsqu’il s’est retrouvé en face d’eux au CFJ !

Ainsi, d’un projet d’étude et avec les conseils avisés du patron d’Upian, ce Mystère de Grimouville est devenu grand. Il a convaincu le FIGRA. Puis, de tweets en messages Facebook, les deux réalisateurs se sont faits deux noms. Ils ont existé sur le plan « médiatique ». Et c’est tout le mérite de Lumento, avec à la baguette Olivier Lambert et Thomas Salva, d’avoir transformé l’essai. Déjà plutôt malins dans leur propre campagne de crowdfunding pour leur projet Chasing Bonnie & Clyde, les deux acolytes producteurs ont réussi à ameuter un savant mélange de journalistes, documentaristes et autres curieux du street-art pour créer une communauté autour de Grimouville. Une campagne de communication courte mais orchestrée avec brio, qui permet aujourd’hui à ce modeste webdocumentaire de faire figure de réussite.

Nicolas Bole
@Nicolasbole

[1] Lors d’une intervention au Pôle Grand Media Paris, le 17 avril dernier.