Courez à Montréal, c’est l’heure du Festival du Nouveau Cinéma !

Posted on 11 octobre 2012 par

3


Le Blog documentaire file tout droit au Québec, où vient juste de s’ouvrir le 41ème Festival du nouveau cinéma de Montréal. Une manifestation qui offre « un éventail fascinant de tout ce qui se fait de mieux en fiction, documentaire et expérimentation à travers le monde », selon le directeur de la programmation Claude Chamberlan. Coup de projecteur ici sur certains films documentaires à ne pas manquer, avec l’irremplaçable Patricia Bergeron !

Des docs et des docs
au Festival du nouveau cinéma de Montréal

Le Festival du nouveau cinéma a commencé ce 10 octobre à Montréal. 288 films en provenance de 52 pays – dont 41 premières mondiales, 4 premières internationales, 66 premières nord-américaines et 39 premières canadiennes, ont été sélectionnés parmi la crème du cinéma national et international.

Des primeurs pour Montréal, des films primés un peu partout, des rétrospectives, des œuvres interactives… Bref, le plus important festival de cinéma de Montréal nous fera certainement vibrer. Beaucoup de fictions, mais je profite de ce billet pour vous signaler quelques documentaires à ne pas rater. Ce sont des choix subjectifs et une liste non-exhaustive !

Qu’est-ce que le Buzkashi ? La version plus violente du traditionnel sport équestre qu’est le polo encore jouée dans certains pays de l’Asie centrale ! Au Tadjikistan particulièrement, ce sport national fait courir les foules. Les cavaliers doivent attraper une carcasse de chèvre et la tirer jusqu’au bout du terrain… Le documentariste Najeeb Mira a suivi trois hommes sur plusieurs années, qui pratiquent ce sport pour des raisons différentes. Un film tourné dans des contrées qu’on ne voit pas assez souvent au cinéma. À voir !

Le Québec vit toujours dans la mémoire de ce printemps/été d’érable, aux couleurs d’une grande mobilisation populaire. La grève étudiante, oui, mais aussi dans un plan plus large une résistance au gouvernement en place (qui a perdu les élections du 4 septembre dernier) et à la violence policière qui a sévit dans les rues. Suite au percutant et perturbant projet Épopée, le collectif de cinéastes a sorti ses caméras pendant toute la mobilisation et nous donne Insurgence. Un documentaire de 150 minutes à ne pas rater.

Trois sœurs – © Wang Bing

Dans la foulée du cinéma militant, un film pour nous faire connaître le travail de Carole Roussopoulos. Cette dernière, qui nous a quitté en 2009, a dédié sa vie à filmer les engagements politiques de groupes militants. Une femme pionnière de l’usage de la vidéo, humaniste dans sa démarche à donner la parole à ceux qui ne l’ont pas. Carole Roussopoulos, une femme à la caméra, un hommage rendu à la cinéaste par Emmanuelle de Kalbernatten.

Avec Joie ! Portraits d’une none, de Joe Balass, on trempe toujours dans le militantisme mais ici dans une forme des plus originales et radicales. Le film porte sur Mish, membre fondateur des « Sœurs de la Perpétuelle Indulgence », en 1979 – une organisation mondiale regroupant près de 400 nonnes activistes qui luttent pour les droits des homosexuels. La foi et le militantisme radical peuvent très bien s’accorder… et ça nous donne une rencontre émouvante.

Philippe Lesage nous offre son dernier opus documentaire. Celui qui nous avait ébloui et grandement ému avec Ce cœur qui bat (gagnant d’un « Jutra » – l’équivalent des César français). Laylou, le titre du film est aussi le surnom de Laurence, jeune fille aux frontières de l’âge adulte. Durant un été, à Mont-Saint-Grégoire, en Montérégie, et dans la tradition du cinéma direct, Philippe Lesage a capté ces instants magiques et fugaces où le monde de l’enfance se referme doucement et celui des adultes s’entrouvre à peine. Approche formelle, esthétisme puissant, Philippe Lesage nous fera encore une fois aimer son cinéma.

À ne pas manquer non plus, Tous cobaye ? de Jean-Paul Jaud, sur les OGM. Film coup de poing assurément.

Et pour finir, le film que j’attends avec impatience, grand prix Orizzonti du dernier festival de Venise : Trois sœurs, du réalisateur chinois Wang Bing. Celui qui nous avait offert une l’œuvre-phare d’une durée de 9 heures, À l’ouest des rails, en 2003. Il poursuit son étude minutieuse, impressionniste et politique de sa Chine profonde. Trois sœurs évoque la vie extrêmement difficile de trois jeunes sœurs dans la province du Yunnan.

Pour les passionnés du documentaire, en attendant la cuvée des Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) en novembre, on se croisera au FNC !

Patricia Bergeron

Plus loin

Épopée.me : collusion web et cinéma, par Patricia Bergeron

Le Québec et ses documentaires, par Patricia Bergeron

A surveiller au 41e Festival du nouveau cinéma (sur le blogue de l’ONF).

Wang Bing : entretien sur « Le Fossé » et « Fengming »

L’homme sans nom (Wang Bing)