Quelle politique culturelle (2.0) pour 2012 ?

Posted on 13 janvier 2012 par

4


Le Blog documentaire s’autorise une petite digression politique – année électorale oblige – pour scruter ce à quoi pourrait ressembler la politique culturelle française après l’élection présidentielle du mois de mai.

Trois prétextes à ce léger pas de côté : une tribune des GRECs parue dans Le Monde « pour une autre politique culturelle« , et la sortie de deux livres sur le même sujet :  Culture état d’urgence, d’Olivier Poivre d’Arvor (ed. Tchou) et Le petit livre rouge de la culture, par Christophe Girard (ed. Flammarion).

Trois sons de cloche plus ou moins de gauche ; qui s’opposent en tout cas à l’action de l’actuel chef de l’Etat. Et si ce sont rarement les différents ministres de la Culture qui sont visés par les critiques, les nouvelles propositions exposées ici sont peut-être celles d’hommes qui aimeraient prouver qu’ils pourraient mieux faire… Des textes forts, plus ou moins pragmatiques, qu’il convient de méditer et de discuter à l’aune des 5 prochaines années.

Christophe Girard - © Jean-Baptiste Millot

La parole aux acteurs de la culture ! Les deux principaux partis politiques engagés dans la prochaine bataille électorale ont déjà rendu leurs copies (ici pour l’UMP ; là pour le PS), et rien ne dit qu’elles « engagent les candidats ». Il nous a donc semblé plus pertinent de nous intéresser ici aux idées de personnalités qui font la culture au jour le jour dans leurs activités professionnelles respectives.

Christophe Girard est l’adjoint au maire de Paris pour la culture depuis 2001, et présente à ce titre une expertise (et un bilan) à faire valoir. Olivier Poivre d’Arvor, de son côté, a été responsable de la politique culturelle extérieure du Quai d’Orsay pendant 10 ans avant de prendre la direction de France Culture. Il est aussi écrivain et diplomate. Quant au GREC, groupe de recherches et d’études sur la culture, il est animé par des fonctionnaires travaillant dans le domaine culturel.

Même constat

Tous vilipendent plus ou moins ouvertement le bilan de l’actuel gouvernement. Ainsi, sous la plume des GRECs : « La priorité aux coups médiatiques se fait au détriment de politiques essentielles, comme la protection des paysages ou le soutien aux équipements culturels de proximité. Chère, centralisatrice, éloignée des artistes et des publics : sans surprise, la politique culturelle de droite est d’abord destinée aux citoyens fortunés et cultivés« .

La politique de l’offre associée au divertissement culturel et soumise à la loi du marché n’a fait qu’affaiblir un peu plus l’action culturelle de l’Etat aujourd’hui engoncée dans un conservatisme – pour ne pas dire : « passéisme » – suicidaire, lit-on du côté de Christophe Girard. Olivier Poivre d’Arvor parle d’une « étoile pâlissante », et évoque un « esprit de musée », une « politique des beaux arts » qui empêche de repenser notre logiciel culturel.

Pour un inventaire des inconsistances et de la vacuité des politiques menant à tel constat, on pourra d’ailleurs se reporter à l’ouvrage de Frédéric Martel, J’aime pas le sarkozysme culturel (ed. Flammarion).

La culture contre la crise

Tous appuient  plus ou moins directement leur argumentation sur une figure tutélaire, celle de François Mitterrand version 1981, et inscrivent leurs propositions autour d’une « mise à jour » de trois missions fondatrices : décentralisation, démocratisation et proximité avec les artistes. (On évoque aussi de manière récurrente l’action des ministres Jack Lang et André Malraux.)

Il s’agit désormais – et peut-être surtout – de repenser l’action culturelle de l’Etat en fonction de la révolution numérique – train dans lequel la France n’a pas encore pris place, ou alors dans les derniers wagons d’un convoi emmené par la locomotive américaine.

Sous la plume d’Olivier Poivre d’Arvor, qui s’érige en défenseur d’un « service public de la culture » rénové et dépoussiéré : « Cette révolution, nous avons, nous Français, mis plus d’énergie en en mépriser la finalité qu’à en comprendre le langage, au nom d’une culture dite légitime qui ne s’accorderait pas des développements scientifiques, technologiques, industriels de la création. Pendant ce temps, Apple inventait la monétisation et le paiement généralisé de ces contenus numériques ; les petits génies informatiques de l’Ouest américain sont ainsi devenus les grands facturiers de la culture globalisée, et contrôlent désormais largement le porte-monnaie des familles du monde entier. »

L’actuel directeur de France Culture évoque le New deal de Franklin Roosevelt, rappelant que la politique volontariste du président américain a participé à la domination et à l’hégémonie actuelles des Etats-Unis dans le domaine culturel. Ils ont, pour l’instant, gagné la bataille du soft power, dans l’attente d’une riposte européenne qui tarde à venir…

Réorienter les dépenses en Europe

Les GRECs déplore « l’absence de réflexion sur le renouveau des modèles économiques de la création ». Avance sur recettes, prix unique du livre, quotas audiovisuels, redevance… Il faut maintenant innover et dépasser ces dispositifs qui ont pu démontrer la capacité de la France à être imaginative sur le sujet.

Les GRECs insistent, avec Christophe Girard, sur le 1 % culturel (la part des dépenses de l’Etat dévolues à la culture). L’élu parisien propose d’en faire une norme européenne, soulignant que l’UE ne consacre que 1,3 milliards d’euros à la culture, soit 0,1% de son budget. Olivier Poivre d’Arvor partage cette ambition et fustige : « La vache européenne est 2 000 fois plus subventionnée que le créateur européen« . Il souligne l’échec cuisant de la stratégie dite de Lisbonne. Ébauchée en 2000, elle voulait faire de l’Europe « la société de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique au monde », notamment dans le domaine numérique. Raté, pour l’instant.

Les trois propositions insistent pourtant sur les bénéfices d’une politique culturelle volontariste sur l’ensemble de l’économie. Les dépenses dans le secteur « font levier », créent de la croissance, des emplois, et stimulent l’ensemble des entreprises en lien avec la culture (elles sont nombreuses, de la restauration aux transports). L’effort est d’autant plus nécessaire que la culture reste un refuge en temps de crise. C’est un « enjeu de civilisation » pour Christophe Girard, « le socle de notre République ». Olivier Poivre d’Arvor va plus loin, à juste titre : « la culture a cela de vraiment unique qu’elle interroge la crise. […] En requérant l’attention et en provoquant la réflexion, l’art et la culture proposent d’emblée une alternative, une autre lecture du monde, une nouvelle hiérarchie des valeurs. Reste à construire, pied à pied, cette nouvelle donne ».

Et si le constat d’un délitement de l’action culturelle de l’Etat est partagé, les solutions avancées se rejoignent souvent. Il convient malgré tout de slalomer entre les formules toutes faites et les idées très concrètes, entre un idéalisme béat et un volontarisme bienvenu, entre les références philosophiques et les expériences de terrain…

Olivier Poivre d'Arvor

Hadopi comme repoussoir commun

Olivier Poivre d’Arvor le formule du bout des lèvres ; Christophe Girard le clame haut et fort : il faut étendre le ministère de la Culture et de la Communication au Numérique. Tous s’accordent pour affirmer qu’Internet ne doit pas être considéré comme une menace contre laquelle il faudrait dresser politiques défensives et protectionnismes, mais un tremplin créatif et une opportunité. Ne pas appliquer la seule logique industrielle à ce champ… Presque une évidence.

Hadopi catalyse les critiques. Ainsi cette injonction du GREC : « La question des droits de la propriété intellectuelle ne peut plus être envisagée autrement que dans un cadre européen. La mise en place d’un nouveau droit d’auteur, basé sur les flux de contenus et leur rémunération en partie payante et en partie forfaitaire est probablement un moyen d’accompagner les bouleversements technologiques en Europe, tout en maintenant la diversité culturelle. On pourrait par exemple proposer la transformation d’Hadopi en « compteur » mesurant les téléchargements dans l’ensemble des pays de l’Union Européenne, base de versement des droits et de soutien des productions culturelles« .

C’est sur ce plan qu’Olivier Poivre d’Arvor se montre le plus concret. Hadopi, « coûteuse et ringarde fée Carabosse de la lutte contre le piratage », « qui dispose d’un bien maigre bilan, doit et va disparaitre », écrit-il. Le dispositif doit être supprimé pour développer une « offre égale d’œuvres sur Internet » tout en inventant un « système rémunérateur et redistributif pour les ayants droit ». L’ancien responsable de la politique culturelle du Quai d’Orsay imagine de mettre à contribution les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) pour financer la création et promouvoir la diversité culturelle en fiscalisant leurs activités réalisées en France.

Christophe Girard, qui fourmille de propositions sur le sujet, va dans le même sens : « Les FAI pourraient, sur le même modèle [que les chaines de télévision], être tenus d’investir une part de leur chiffre d’affaires dans le financement de la musique, du cinéma et de l’audiovisuel, en tant que co-producteur ». Il s’agirait d’élargir la taxe qui touche depuis 2007 les offres « triple play » pour financer le futur Centre national de la musique, mais aussi les secteurs de l’édition ou des spectacles vivants.

Un crédo : s’adapter au numérique

L’adjoint au maire de Paris pour la culture préconise également un abonnement de 5 à 7 euros par mois permettant une acquisition illimitée de titres musicaux.« Une réforme radicale du système de négociation des licences est nécessaire, de façon à rassembler les ayants droit et les éditeurs de services dans le cadre d’un nouveau système de gestion collective. Comme Patrick Zelnik a pu le démontrer, le système de gestion collective est le meilleur outil de répartition, car il favorise l’égalité des chances entre nouveaux talents et artistes confirmés, petites entreprises culturelles et grands groupes de communication ». Notons que la SACEM vient de faire un pas en ce sens en signant un partenariat avec les Creative Commons.

Christophe Girard avance également quelques pistes en ce qui concerne la numérisation du patrimoine (écrit, cinématographique, mais aussi architectural). Il préconise, pour le secteur de l’édition, d’augmenter l’enveloppe allouée au Centre national du Livre de 1 à 5 millions d’euros en élargissant la redevance aux consommables des appareils de reprographie et en élevant le taux minimal de participation de l’Etat. Il propose également la création d’une plate-forme unique de diffusion pour tous les éditeurs de façon à simplifier l’offre en ce domaine. Olivier Poivre d’Arvor souligne d’ailleurs de la même manière l’urgence et la nécessité d’un vaste plan de numérisation du patrimoine européen.

Si on note la même volonté de faire participer financièrement l’Etat pour accélérer la numérisation des collections des musées, la question du cinéma reste problématique. Christophe Girard explique que le besoin de financement du CNC s’élève ici à 50 millions d’euros par an. Il imagine pouvoir trouver les moyens de cette ambition en imposant, à tous les diffuseurs, une redevance sur les films tombés dans le domaine public. Mais il oublie ici que la numérisation du patrimoine cinématographique n’est pas une panacée. Comme l’expliquait très bien Arnaud Scwartz dans La Croix, la dématérialisation des films ne garantit pas leur conservation à long terme. La durée des inscriptions sur un disque dur s’élève à 10 ans quand celle sur du film culmine à 100 ans. Les défis du temps n’ont pas encore trouvé de solution miracle, et le meilleur support reste aujourd’hui, si ce n’est la gravure sur verre, la bonne vieille pellicule cinématographique !

Dernier point sur le volet numérique, Olivier Poivre d’Arvor pose cette question au détour de l’un de ses chapitres : « Combien de site d’institutions culturelles ouvrent leurs pages à des blogs, à l’interactivité ? Combien de débats ouverts sur la programmation ? Combien de think tanks, de réseaux sociaux à vocation culturelle ? ». Ce à quoi Christophe Girard semble répondre à distance par la création d’un label, le SIC pour « Site Internet Culturel ». Il s’agirait de distinguer des sites sur « des critères d’accessibilité, d’ergonomie, d’innovation » pour mettre en valeur la capacité de certains établissements culturels à proposer une offre numérique spécifique.

C’est l’une des pistes qui permettrait d’ailleurs de renouveler profondément la « démocratie culturelle ». L’Etat ne doit plus être simplement gestionnaire, il doit devenir acteur des changements en cours. L’adjoint au maire de Paris propose ici la création d’une « salle immatérielle pour diffuser sur Internet les spectacles joués dans les grandes institutions culturelles » et cite l’exemple d’Arte Live Web. Il conviendrait alors d’ouvrir des négociations pour trouver une forme de rémunération juste pour les auteurs et les interprètes, via sans doute un financement public des plate-formes de diffusion.

Éducation artistique et décentralisation

Si Christophe Girard défend la présence accrue d’appareils numériques nomades pour mieux accompagner les visites de musée, avant et après l’expérience proprement dite (des tablettes numériques pouvant apporter des compléments d’informations sur les tableaux exposés ou fournir la possibilité de laisser des commentaires sur certaines œuvres), Olivier Poivre d’Arvor nous invite à réfléchir à un plan d’alphabétisation numérique – d’autant que l’interactivité pourrait à terme accroître la fréquentation des lieux physiques de la culture. Dans cette optique, le décloisonnement des domaines de compétences ministériels semblent de mise : l’Art a finalement beaucoup à voir avec l’Education, le Développement durable, mais aussi la politique industrielle ou celle de la Ville.

C’est en ce domaine que se jouent partie des défis de l’éducation artistique du XXIe siècle. Il faut « éveiller les curiosités dès le plus jeune âge », au-delà de la simple « médiation culturelle », écrit Christophe Girard. La baisse des tarifs et l’augmentation du nombre d’équipements culturels n’a pas suffi car la structure du public n’a que peu évolué ces dernières années. Dès lors convient-il de lancer un plan national d’éducation artistique.

Les deux auteurs en conviennent : il faut instaurer des modules de formation obligatoire pour les enseignants dans leur cursus initial ; que cela concerne l’histoire de l’art ou l’organisation de sorties culturelles. Une demi-journée par semaine devrait être dévolue à la pratique d’un art, à l’intérieur ou à l’extérieur des établissements scolaires. L’enseignement artistique pourra de la même manière devenir obligatoire de la maternelle à l’université, et aborder la danse, le cirque, le cinéma ou l’écriture. Enfin, les passerelles entre l’école et le monde artistique professionnel devraient être encouragées ; par exemple en développant les résidences d’artistes à l’école, tout au long de l’année, pour favoriser le dialogue entre ces deux mondes (manière de nourrir les uns, et de susciter les vocations des autres).

Il conviendrait aussi bien sûr d‘élargir ces médiations culturelles au numérique et à l’image pour former les regards, la sensibilité audiovisuelle et l’esprit critique. Cette mission est vitale pour la formation des citoyens de demain, et cela jusqu’à l’université. Olivier Poivre d’Arvor défend même l’idée de « campus culturels » qui puissent devenir des lieux de transmission mais aussi de production et de diffusion d’œuvres culturelles – manière d’attirer les étudiants (étrangers) et de redorer l’image de la France.

"Lava Burst" - Edgar Müeller (Allemagne)

Proximité avec les artistes

Reste enfin à redéfinir la place de l’art et de l’artiste dans l’espace public. C’est peut-être le chantier le plus jubilatoire, qui s’inscrit d’ailleurs dans le sillage d’une politique de décentralisation culturelle dont le bilan reste mitigé.

Olivier Poivre d’Arvor rappelle que 92 % des investissements du ministère de la Culture étaient, en 2009, concentrés dans la région parisienne – constat partagé par les GRECs. Nous ne devons la vitalité culturelle des régions qu’aux efforts des collectivités locales. « Pour un euro du ministère, les élus en investissent trois« , et cela bien que leur volontarisme soit aujourd’hui grévé par plusieurs réformes fiscales entreprises depuis 2007.

Face à ce constat, il semble nécessaire de renforcer encore la marge de manoeuvre des acteurs locaux. Christophe Girard propose d’instituer une ressource fiscale dédiée pour les régions. Celle-ci permettrait notamment la mise en œuvre d’un plan de développement de lieux de résidences artistiques. L’adjoint au maire de Paris pour la culture évoque la construction d’ateliers ou d’espaces de travail mutualisés pour soutenir les moyens de la création tout en renforçant l’attractivité de la France. Dans la même veine, Olivier Poivre d’Arvor imagine des « coopératives artistiques », lieux de résidence à longue durée qui participeraient par ailleurs à la rénovation de l’espace urbain et à l’embellissement – au sens large – des banlieues.

Les « résidences de quartier » de Christophe Girard vont également dans ce sens, notamment pour soutenir les projets pluri-disciplianires et accompagner l’émergence des arts de la rue. Les deux auteurs partagent ce constat : « Les nouveaux domaines de la culture populaire (arts de la rue, du cirque, pratiques amateurs, jeux vidéos, cultures urbaines, ta hip-hop, rap, slam, graff…) ne bénéficient pas encore complètement des soutiens apportés à la culture dite ‘légitime‘ », écrit Olivier Poivre d’Arvor.

La culture du XXIe est métissée, et il faut renforcer cette tendance. Des aides à la programmation, à la production et à la diffusion devraient stimuler l’émergence de nouvelles formes artistiques. Parallèlement, Christophe Girard estime que de nouvelles scènes d’exposition doivent émerger en marge des festivals traditionnels. Dans les gares, les places, les espaces verts… « Il s’agit de redonner aux villes des espaces de perturbation, des interstices poétiques, de faire de la rue le lieu de tous les possibles« . L’élu parisien évoque aussi les « squats », lieux de création alternative qui pourraient faire l’objet d’un accompagnement public. Des bâtiments en attente d’affectation ou de travaux pourraient ainsi être temporairement confiés à des collectifs d’artistes. Il évoque enfin la réhabilitation de lieux historiques ou d’anciennes friches industrielles.

La promotion d’une architecture innovante participe également à ce dessein général. Le « 1 % culturel » pourrait être étendu aux grands chantiers urbains pour accentuer encore la présence d’œuvres d’art dans la ville. Enfin, Christophe Girard estime qu’une politique des transports incitative ne doit être exclue de ce vaste chantier : « Evitons aussi le risque d’une aggravation des inégalités culturelles à travers la fracture numérique : aux uns la culture réelle vivante ; aux autres le virtuel à domicile ».

Stéphane Hessel - © Alain Bachellier/Flickr

Espoir

« Tout grand changement politique est allé en France avec un grand changement culturel. C’est-à-dire une dynamique de projet de société autour d’un fort impératif culturel et non un seul et mécanique soutien public à l’économie de la vie artistique », écrit Olivier Poivre d’Arvor.

Le Ministère de la Culture ne peut plus se cantonner à un rôle de gestionnaire, une « administration de clientèle », une « politique de guichet ». L’Etat doit devenir expert, animateur, fédérateur, pilote. Si le directeur de France Culture égratigne les énarques, il formule aussi cette audacieuse proposition : « L’Etat doit encourager le financement privé, à travers des mesures fiscales incitatives pour le mécénat, des dispositifs de soutien à l’innovation pour des PME culturelles, d’accès au crédit tout en rappelant que ces ressources ne sauraient constituer des substitus, même indirects, de la subvention publique ».

Laissons finalement à Stéphane Hessel, cité par Olivier Poivre d’Arvor, le soin conclure :

« Je crois que la véritable création est impertinente. Elle n’est pas la reproduction de l’esthétique ancienne ni la sanctuarisation de la culture patrimoniale. L’art authentique est une création formelle qui modifie nos perceptions, déplace les codes esthétiques, voire politiques. Prenez Rimbaud, Lautréamont et Flaubert. Leurs oeuvres sont des inventions esthétiques extraordinaires autant que des actes de résistance au goût dépravé des bourgeois d’autrefois… Il faut être ouvert à l’invention de nouvelles formes artistiques. Sinon la vie culturelle oscillera entre un art – même « vivant » – embaumé et un consumérisme effréné. »

Cédric Mal


Les précisions du Blog documentaire

1. Vous pouvez retrouver Christophe Girard sur son blog personnel et sur Twitter. Olivier Poivre d’Arvor dispose aussi d’un compte Twitter. Par ailleurs, sachez que Frédéric Martel tient également un blog sur le « Sarkozysme culturel« .

2. A noter également l’ouvrage de Serge Saada, Et si on partageait la culture (ed. de l’Attribut, 2011), consacré à la médiation culturelle.

3Le Blog documentaire vous rappelle cet appel lancé sur Ulule destiné à pérenniser et à développer encore son activité éditoriale. N’hésitez pas à nous aider, même modestement !

Posted in: Actualités